Supplément à « Petite synthèse sur le mariage pour tous et la filiation ».


(Ce supplément s'enrichira de petits ajouts au fil des rencontres.)

1. L’anthropologue Maurice Godelier dénonce avec raison l’idée d’« aberration anthropologique » brandie par les opposants à la loi (du mariage homo). Heureusement qu’une discipline ne désigne pas ses singularités comme des aberrations. En revanche, ceux qui parlent d’« aberration anthropologique » se réfèrent au vécu largement majoritaire de leur société ; faut-il leur demander de se hisser au dessus de la planète pour voir qu’il y a, çà et là, d’autres variations familiales ? Et leur demander d’endosser ces variabilités, et de les faire avaliser par la loi de leur pays ? Quand ils disent : Mais ici, on est en France, pas en Australie ou en Afrique, est-ce du « racisme », ou est-ce un désir minimal d’être assez près de ce qu’ils vivent ? Naguère, on pourfendait les exceptions au nom de la norme ; pourquoi faut-il inverser en alignant la norme sur l’existence d’exceptions ? Des tenants de la loi prétendent même qu’il n’y a plus de norme, plus de normalité. Encore un mot à bannir, on le paiera par un déni de réalité ou un peu plus d’hypocrisie.

Lire la suite

On croule sous la vertu

Des médias font un gros travail de conservation : transférer la grande colère en indignation vertueuse.

    Je suis impressionné par la vertu rigoureuse qui règne dans ce pays, ou que des médias font régner, ou dont ils font croire qu'elle doit régner. Un ministre a menti, et "les yeux dans les yeux"!… Quand on pense que jusqu'ici aucun gouvernant n'a menti, on est horrifié, en effet. Mais une fois qu'on reprend ses esprits, et qu'on se rappelle tous les mensonges des dirigeants depuis que la politique existe (Mitterrand avait usé de la même formule, "les yeux dans les yeux", pour mentir tranquillement), on se dit que le plus terrifiant, ce serait des dirigeants qui ne mentent pas; qui seraient des automates de la vérité. Or même les automates "mentent", lorsqu'ils dysfonctionnent; et tout être qui fonctionne, notamment, tout grand fonctionnaire peut un jour dysfonctionner.

 

Lire la suite

Petite synthèse sur le mariage « pour tous » et la filiation

– I – Analyse

 1. Problème de mots et de vérité

     La loi du mariage "pour tous" a des effets intéressants sur l'acte de nommer, sur le sens des mots, donc aussi sur le mouvement de la vérité. Le texte de loi supprime les mots mari et femme, remplacés par "époux" et les mots "père" et "mère" remplacés par parents, pour pouvoir bien nommer les deux membres d'un couple homosexuel, d'hommes ou de femmes, du point de vue de leurs liens, et au regard de leurs enfants. En apparence, cela ne pose pas de gros problème. Dans leur intimité, ils ne vont pas s'appeler "cher conjoint", l'homme pourra appeler son époux "ma petite femme", la femme appeler son épouse "mon chéri", cela fait partie de leurs fantasmes. C’est du point de vue du tiers, à commencer par l’enfant, que les choses vont se déployer ; d'autant plus que la loi met en place l’adoption. (Les enfants actuels de ces familles seront adoptés chacun par le ou la partenaire du père ou de la mère. Mais déjà, en changeant le sens du mot mariage, on pointe la présomption de filiation, avec pour parents deux homosexuels.)


Lire la suite

Gaza : une célébration rituelle

    L'épisode récent de Gaza est instructif, même s'il a été assez bref et si l'on a pu éviter l'affrontement terrestre. Instructif de l'invariance étonnante quant aux enjeux du Conflit. Certains ont pu dire : Israël a évacué Gaza, qui n'a pas de contentieux avec l'Etat Hébreu, alors pourquoi l'agresse-t-il de roquettes et autres fusées? A quoi les autres, en face, rétorquent : mais Gaza est enfermée par un blocus maritime aérien, terrestre! Objection qui, elle aussi, a sa réponse : le blocus est en fait assez souple du point de vue des échanges économiques, mais le lever reviendrait à faire de Gaza une base iranienne géante; et côté terrestre, on ne peut pas laisser entrer des terroristes. Alors quoi?

Lire la suite

Le consensus et la peur de paraître ringard

    Qui s'agit-il de convaincre que le mot "mariage" ne convient pas pour deux homos, et qu'une autre appellation est préférable?

    Les homosexuels qui sont à des places de pouvoir dans les médias? C'est un fait que sans eux le consensus serait moins évident. Beaucoup d'entre eux ne sont pas favorables au "mariage" pour les homos mais ils ont fini par céder, à force de prêter une oreille bienveillante aux militants durs de la dite-cause ;  qu'ils voient parfois comme des frères ou des sœurs un peu exaltés, mais "pourquoi pas?". De sorte qu'ils contribuent beaucoup à pointer comme ringards ceux qui doutent du mariage pour tous.

Lire la suite

Une violence aux mots ?

    Au mot mariage, on fait violence pour qu'y pénètrent les couples homos. Pourtant chaque groupe, même s'il est très majoritaire, a droit à sa différence et à son nom. L'enjeu ne serait-il pas de faire une "révolution" qui ne coûte rien, plutôt que d'en faire une qui redonne vie à ce pays ?

Lire la suite

L’euthanasie et l’approche de la mort

    A priori, la mort, c'est ce qui se produit lorsqu'on n'a plus aucune envie à satisfaire; lorsqu'on n'a plus d'envie, on n'est plus en vie. Mais ça se corse lorsqu'on exprime l'envie de mourir; cette envie-là a un statut radicalement indécidable: elle fait partie de la vie et elle prétend viser la mort. Cet indécidable risque d'être la proie des décideurs.

Lire la suite

A propos de mon texte « Le meurtre du nom » paru en 1986

    Mon texte, "Le meurtre du nom" met en œuvre une réflexion qui combine pensée de l'être et psychanalyse. Elles peuvent gêner ceux qui n'aiment pas le fait, pourtant avéré, qu'en Europe, et surtout en Pologne, le christianisme a été un terreau séculaire de vindicte antijuive; de sorte que le projet nazi n'a pas vraiment rencontré de résistance (mis à part certains justes auquel justice ne cessera pas d'être rendue). Alors ils essaient d'ergoter sur la réalité de ce Meurtre. Or celle-ci n'a pas à être prouvée: les historiens ont déjà fait leur travail. 

Lire la suite

Mariage homo

J'ajoute ceci aux remarques précédentes (référence à l'article du 20 septembre).

    Si la loi sur le "mariage" homo passe, c'est qu'elle est enrobée sous l'emballage irréfutable de l'"égalité". Quand on questionne les gens dans les sondages, on leur dit: "Etes-vous favorable au mariage pour tous?" Cela les met d'avance dans la position ringarde, égoïste et idiote de dire: "On veut le mariage rien que pour nous! Pas pour les autres,  na!". On comprend que la majorité soit pour, et ne voit pas les deux absurdités que la loi couvre, à savoir…


Lire la suite

Des dangers de l’islamophobie


    Dans ce pays, il y a deux islamophobies. L'une consiste à avoir peur des musulmans extrémistes, peur que certains éprouvent sans raison, et que d'autres ont des raisons de ressentir. L'autre islamophobie, c'est la peur de dire ou de laisser dire des choses qui critiquent l'islam. Cette peur entraîne une vraie censure, externe et interne, elle contrarie les mœurs admises de liberté de la parole.

Lire la suite