Archives mensuelles : août 2006

L’avenir des Juifs d’Europe

Je viens de voir parler un historien des Juifs de France, P. Birnbaum, et son analyse sur la situation ainsi que le sort futur des Juifs de France m’a parue d’un pessimisme intéressant, mais qui semble justifié plus par la grille de lecture qu’emploie l’auteur que par la réalité elle-même. En effet, il parle d’une alliance verticale de la diaspora juive avec le pouvoir: avec le roi ou les princes de la République; et quand cette alliance ne fonctionne pas (ou fonctionne à rebours comme sous Vichy où c’est l’instance verticale qui traque les Juifs) alors on fait agir l’alliance horizontale: on trouve des appuis dans la société civile où l’on vit et l’on s’active. Question: qu’est-ce que tout cela va devenir avec l’Europe, avec le déclin de l’Etat-nation, l’effacement des frontières, où telle région (Rhône-Alpes par exemple) peut s’allier à telle autre région (comme la Bavière), sachant que les pouvoirs centraux vont s’estomper, etc.?

Lire la suite

Des crises de prurit identitaire

Il se peut que la récente guerre du Liban relève d’un de ces prurits identitaires plutôt  que de stratégies complexes que nos experts se plaisent à déployer devant nous, ces jours-ci.

Les réactions à cette guerre sont souvent d’autant plus décevantes qu’elles énoncent des propos plus ronflants et "décisifs". Par exemple, on nous dit que le Hezbollah est devenu une force crédible, un pôle politique essentiel par sa "victoire", par le fait qu’il a tenu tête à Israël plus d’un mois; il a ainsi redonné au monde islamique sa dignité, et des masses de jeunes ou moins jeunes se reconnaissent dans son emblème, etc. Cela veut dire surtout que le sentiment de cette dignité est bien bas pour se contenter du fait qu’un groupe armé, qui s’est terré pendant un mois, faisant des sorties hâtives pour lancer ses petites fusées dont 1% a fait mouche, qu’un tel groupe soit le nouveau drapeau que brandissent des masses frustrées. Pour ce qui est des dégâts, Israël les a limités à très peu de chose, même s’il n’a pas (car personne n’a encore) de solution au problème des katiouchas que l’on tire presque au hasard. Solution qu’on finira bien par trouver: n’oublions pas qu’au plus fort des attentats-suicides, notamment lors de l’Intifada, des stratèges occidentaux, surtout français, nous expliquaient que le monde islamique détenait là l’arme absolue, à savoir l’homme chargé d’explosifs. Et on a fini par réduire la portée de cette arme absolue à très peu de chose. Certes, le terrorisme (suicidaire ou pas) continue à atteindre son vrai but qui est de rendre la vie pénible aux usagers de l’espace public; mais de là à ce qu’il répare l’humiliation fondamentale du monde arabo-islamique, humiliation dont j’ai montré ailleurs les racines identitaires, il y a un curieux forçage que certains n’hésitent pas à faire, sans doute pour être alarmants, donc pour paraître intéressants.

Lire la suite

Un cessez-le-feu qui fait penser

Cette guerre du Liban s’est déclenchée pour une cause qui peut "agir" à tout moment: le Hezbollah a lancé des missiles sur Israël pour faire plaisir à son Dieu (Allah) dont il est le parti (Hezb: parti, allah: Allah); Hezb-allah: parti de Dieu. Faire jouir son Dieu qui, en toutes lettres dans le Texte fondateur, a maudit les Juifs. Donc frapper leur Etat est, à tout moment, une bonne action. Elle peut toujours se produire, car il est douteux que l’Etat libanais puisse contrôler totalement cette passion – cette haine identitaire qui trouvera toujours des "martyrs" pour l’incarner. La sincérité de l’Etat libanais peut se mesurer à des détails subtils: un haut responsable de cet Etat a dit qu’ils allaient désarmer le Hezbollah au sud du Litani (sur une mince frange proche d’Israël) mais qu’il leur fallait des moyens: de l’aviation surtout, et de la défense anti-aérienne. Traduisons: on voudrait bien la prochaine fois pouvoir freiner les ripostes israéliennes… (L’idéal étant qu’Israël reçoive des missiles sans pouvoir riposter. Idéal difficile à atteindre, comme tous les idéaux.)

Lire la suite

Un cas unique dans l’histoire

La situation au Proche-Orient, bien que tragique, est étonnante de nouveauté ; elle est même unique dans l’Histoire. Jamais on n’avait vu un peuple entier pris en otage par une armée en guerre contre une autre.

Les Hezbollah prend en otage le peuple chrétien du Liban (et une petite minorité de Libanais musulmans qui préfèrent le « convivial » – vivre avec l’autre – au « fondamental » – détruire l’autre d’abord pour être conforme à ses fondements).
De sorte qu’Israël ne peut riposter sans nuire à ce petit peuple libanais ; lequel ne peut même pas déplorer d’être pris en otage. Il se ferait battre par ses gardiens. Il peut tout juste déplorer la violence, les pertes injustes ; ces déplorations ne gênent pas ses gardiens intégristes qui se cachent derrière lui pour tirer leurs missiles, au contraire.

Lire la suite

Le Litani et la litanie

Encore quelques remarques que l’actualité impose:

Il faut s’attendre à ce que la litanie qu’on entend se répète chaque jour:

-"Mais qu’est-ce qui leur a pris, aux Israéliens, de bombarder tel endroit (un pont, un magasin, un camion, un hôpital, etc.) alors qu’il n’y avait aucun soupçon de présence militaire ennemie?"

-"Il n’y en a pas aujourd’hui mais il y en avait hier, car c’est de là qu’hier sont partis des missiles".

On aura donc une alternance permanente d’indignation, de stupeur qui peu à peu s’apaise à mesure qu’on découvre la réalité: le Hezbollah tire ses missiles à partir de lieux habités, mais il change de lieu d’un jour à l’autre, ce qui revient à avoir des bases mobiles. Le temps que l’indignation d’hier s’explique et s’intègre ou se calme, celle d’aujourd’hui reste intacte… jusqu’à celle de demain qui la remplacera.

Lire la suite

Mais pourquoi est-ce qu’ils boivent?

"Mel Gibson s’est fait prendre en état d’ivresse", me dit une proche, qui ajoute "mais pourquoi donc est-ce qu’ils boivent, ces gens-là?" Elle semblait dire: ces gens qui ont tout pour être heureux; qui ont le bonheur conforme au bonheur idéal ou standard, réussite, etc.

Tu veux savoir pourquoi ils boivent? Et surtout pourquoi il est rassurant qu’ils boivent?

Lire la suite

Guerres contre Israël

Que le monde arabo-musulman ne puisse pas (ou ait du mal) à supporter l’existence d’un Etat juif, est assez banalement démontré dans les faits; bien que pour ma part, j’ai pris la peine de le montrer dans les principes et au niveau identitaire (dans Proche-Orient. Psychanalyse d’un conflit): une souveraineté juive est une faille dans l’identité pleine créee par les textes fondamentaux de l’islam. Si on remonte un peu plus haut, aux racines de conflit entre peuple juif et monde arabe tel que la Bible en témoigne, cela ramène, comme on sait, à la rivalité de deux frères pour la parole du père supposée bonne, pour sa bénédiction.

Lire la suite