Grève et importance négative

    L'autre jour j'étais dans le taxi, c'était la grève à la SCNF et elle devait s'arrêter. Je reçois un SMS d'un journal sur lequel je suis branché, qui envoie régulièrement les grosses nouvelles. Celle-ci arrive : "Le président Hollande a déclaré : cette grève à la SNCF doit s'arrêter".
    Je me dis : voilà un homme à l'affût de tout ce qui peut lui redonner l'autorité qu'il a perdue; il ordonne quelque chose qui de toute façon doit se produire, il veut avoir l’air de forcer le cours des choses. Puis je me dis que les grévistes n’avaleront pas  un truc aussi grossier, impliquant de paraître lui obéir. Et en effet, dix minutes plus tard, autre SMS : la grève est reconduite pour 24heures.
    Sur ce, quelqu'un m'appelle au téléphone, on parle,  je fais part de cette anecdote. Au moment de descendre, le chauffeur me dit : Ce que vous avez raconté sur Hollande et la grève, j’avais pas vu ça comme ça, mais c’est vrai; finalement, à cause de ce type, on en prend pour 24h de plus. -Plaignez-vous, c'est vous qui l'avez élu. – Mais qu'est-ce que je pouvais faire d'autre ? Je m'appelle Mohamed.
    
En fait, on en a pris pour beaucoup plus ; cet homme serait-il si important? Quand un homme a été mis par défaut à une place trop grande pour lui, il y devient négativement très important.